Rémunération globale : halte à la surenchère

By 25 mars 2019 Blog

Avec une rémunération globale sous-estimée par 8 salariés sur 10, les entreprises doivent cesser de remettre en cause la qualité de leur offre en la matière, mais doivent lui donner une meilleure visibilité pour mieux la valoriser auprès de leurs collaborateurs. À l’ère du tout digital, la dématérialisation et l’automatisation de la rémunération globale et des avantages sociaux se révèlent incontournables.

Vers plus d’avantages : à quoi bon ?

Afin d’attirer et de retenir les talents, les entreprises font preuve de plus en plus d’imagination pour proposer de nouvelles offres en matière de rémunération globale et d’avantages sociaux. Parallèlement au financement — en partie ou en totalité — des chèques emploi service universel (CESU), de la mise à disposition d’une crèche d’entreprise, de la prise en charge de la cotisation de la couverture santé complémentaire, de l’épargne salariale ou encore de l’ouverture d’un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO), apparaissent désormais les congés illimités ou comme chez Netflix US le congé parental d’un an payé aux salariés. Et après ? Pour rester compétitives face à la concurrence qui ne manque pas de moyens, les entreprises doivent-elles forcément jouer la carte de la surenchère ?

Pas nécessairement. Et pour cause, huit salariés européens sur dix sous-estiment leur rémunération globale. Lorsqu’on les interroge sur la valeur financière de celle-ci, ils ne parviennent à l’évaluer qu’à hauteur de 67 %, un chiffre qui tombe à 50 % en France (étude YouGov – Benify janvier 2016). Si les collaborateurs ne connaissent pas l’étendue de leur rémunération globale, à quoi bon ajouter de nouveaux avantages ? Peut-être est-il temps pour les entreprises de repenser la visibilité de leur offre afin de mieux la valoriser auprès de leurs équipes. D’autant que, rappelons-le, la rémunération globale et les avantages sociaux constituent un fort levier d’attractivité, de fidélisation et d’engagement.

A Smart Blog

Lire la suite de cet article sur le Blog de ParlonsRH

Lire l'article
Laetitia Gallin

Author Laetitia Gallin

More posts by Laetitia Gallin