L’attachement des cadres au salariat n’est pas indéfectible

By 15 avril 2019 avril 19th, 2019 Blog

Les cadres pourraient envisager une activité sous une forme autre que le salariat classique, mais le plus souvent sous conditions. D’ailleurs, l’adoption d’une de ces formes alternatives d’emploi ne leur apparait pas comme exclusive et définitive.

Une attente forte en matière de sécurité financière

Les cadres ont des attentes très larges vis-à-vis de leur travail. La première d’entre elles est la recherche d’une stabilité financière avec la perception de revenus réguliers (64 %). Mais d’autres aspects de la vie professionnelle apparaissent comme fondamentaux. Ils veulent faire du bon travail (61 %), se sentir utiles à l’entreprise (52 %) et exercer un métier qui a du sens (51 %). Ils expriment aussi leur volonté de progresser et de continuer à apprendre de nouvelles choses (56 %).

Des formes d’emplois alternatives peu connues mais jugées positivement

Le micro entrepreneuriat est la forme d’emploi alternative au salariat classique la mieux connue des cadres. Les coopératives d’activité et d’emploi (CAE), le portage salarial, le temps partagé et les groupements d’employeurs le sont beaucoup moins et assez peu savent précisément en quoi elles consistent. Mais dès lors qu’on les leur a présentées, ces formes d’emploi bénéficient d’une bonne image auprès des cadres qui les associent à la liberté et à l’autonomie. Pour autant, ils n’y voient pas que des avantages et relèvent une certaine insécurité financière. Ils posent deux conditions pour envisager le passage à l’une de ces formes d’activité : l’existence d’un projet solide et motivant, et la garantie de revenus suffisants et réguliers.

A Smart Blog

Lire la suite de cet article sur le Blog de l’Apec

Lire l'article
Laetitia Gallin

Author Laetitia Gallin

More posts by Laetitia Gallin